Pour le développement durable
de la forêt en région Centre.

Navigation


Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Actualité Lire

Les conséquences sur nos forêts de la baisse de la taxe additionnelle à la taxe sur le foncier non bâti (TATFNB)

Publié dans Forêt / 12 août 2019

Les conséquences sur nos forêts de la baisse de la taxe additionnelle à la taxe sur le foncier non bâti (TATFNB)
Communiqué de Presse d’Antoine d’Amécourt, Président du conseil d’administration du CNPF

La gestion durable des forêts privées remise en cause

Les élus du Centre National de la Propriété Forestière, Établissement public administratif, tirent la sonnette d’alarme suite à la forte baisse envisagée de la Taxe Additionnelle à la Taxe sur le Foncier Non Bâti (TATFNB) qui finance pour partie le CNPF.
C’est la mise en valeur des forêts privées qui risque d’être remise en cause alors même que celles-ci contribuent largement à l’activité économique du secteur forêt-bois, à la lutte contre les changements climatiques, à la biodiversité et au rôle d’accueil du public pour certaines.
Au moment où il est clair que les changements climatiques vont intensifier les menaces sur les forêts, les élus du CNPF demandent à l’État de réexaminer ce projet au vu des conséquences qu’il aurait sur 23% du territoire national. Ce n’est pas le moment de baisser la garde par rapport aux enjeux économiques et environnementaux relatifs aux forêts privées.
Partout en France, le CNPF aide 3,5 millions de propriétaires privés à préserver et entretenir 12,6 millions d’hectares de forêts de façon durable. Il les encourage à se regrouper pour fournir du bois, ressource écologique et renouvelable. Cette mobilisation de bois alimente les filières locales, assurant ainsi avec la filière bois 425 000 emplois principalement ruraux, non délocalisables (soit davantage que la filière automobile). La forêt privée séquestre du gaz carbonique et contribue à l’atteinte des objectifs de la stratégie énergétique 2050. Elle rend également de nombreux autres services à la société en protégeant la ressource en eau, en assurant une biodiversité animale et végétale, en protégeant les sols contre l’érosion, en assurant une fonction sociale (promenade, cueillette, sports…) ou encore en contribuant à la beauté des paysages. Le CNPF oriente et conseille les propriétaires sur ces enjeux. Il développe des techniques innovantes répondant à ces problématiques de terrain grâce à son service de recherche et développement.
Ces actions sont en cohérence avec le Contrat d’Objectifs et de Performance entre le CNPF et l’État, signé pour la période 2017-2021. Il met en avant deux objectifs : « Améliorer la gestion durable en forêt privée » et « Conduire le changement par l’innovation, le transfert, le partenariat ». Il s’attache au développement de la gestion durable des forêts par l’implication et la formation de leurs propriétaires. Or la mise en oeuvre de ce COP ambitieux dépend des moyens humains du CNPF. L’établissement emploie 465 personnes. Ces cinq dernières années, il a déjà diminué ses effectifs de 36 équivalents temps plein. La TATFNB représente 26 % du budget du CNPF. Les propriétaires forestiers participent au versement de la TATFNB et bénéficient, en contrepartie, de l’appui des personnels du CNPF pour ceux qui le souhaitent, ce qui en fait une contribution globalement bien acceptée.
La force du CNPF, c’est un personnel qualifié installé au plus proche du terrain dans toute la France métropolitaine. Alors que la surface de la forêt s’accroît en France, sans ces financements publics, le CNPF ne pourra aider les propriétaires forestiers et les forêts privées françaises à relever les défis de l’avenir et notamment l’adaptation des forêts aux changements climatiques et leur atténuation par le stockage de carbone.

Actualités